Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Machut.

C’est dans deux heures qu’on va élire le président du comice agricole d’Arpajon.


Jean.

Croyez-vous que M. Caboussat soit renommé ?


Machut.

Je n’en doute pas. J’ai déjà bu treize verres de vin à son intention.


Jean.

Vrai ? Eh bien, ça ne paraît pas.


Machut.

Je cabale pour ton maître. C’est juste, j’ai la pratique de la maison.


Jean.

Il a un concurrent qui est malin, M. Chatfinet, un ancien avoué… Depuis un mois il ne fait que causer avec les paysans…


Machut.

Il fait mieux que ça. Dimanche dernier, il a été à Paris, et il en est revenu avec une cinquantaine de petits ballons rouges qui s’enlèvent tout seuls… et il les a distribués gratis aux enfants de la classe agricole.


Jean.

Ah ! c’est très fort !


Machut.

Oui, mais j’ai paré le coup… j’ai répandu le bruit que les ballons attiraient la grêle… et on les a tous crevés.


Jean.

Quel diplomate que ce père Machut !


Machut.

Nous ne voulons pas de Chatfinet… À bas Chatfinet !