Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Caboussat.

Un mot seulement… Blanche, as-tu quelquefois songé à te marier ?


Blanche, sournoisement.

Moi ?… Jamais, papa !


Caboussat.

Enfin, s’il se présentait un parti honorable… un bon jeune homme… affectueux, rangé… jamais de liqueurs… excepté dans son café…


Blanche, à part.

M. Edmond !


Caboussat.

Eprouverais-tu quelque répugnance ?


Blanche, vivement.

Oh non !… c’est-à-dire… je ferai tout ce que tu voudras.


Caboussat.

Moi, je désire que tu sois heureuse… c’est bien le moins… après ce que tu fais pour moi…


Blanche.

Quoi donc ?


Caboussat.

Eh bien… (Regardant autour de lui.) Mes discours, mes lettres…


Blanche, avec embarras.

Je les recopie.


Caboussat.

Oui… c’est convenu… nous ne devons pas en parler… (Il l’embrasse au front.) Va… et reviens bien vite.

Blanche sort par le fond.