Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Poitrinas.

En voilà… Attendez… je vais à mon tour…

Il lui emmaillote le doigt.


Caboussat, à part, agitant son doigt emmailloté.

Ça y est !… je suis sauvé !


Poitrinas, agitant aussi son doigt.

C’est désolant… Enfin, j’écrirai demain.


Caboussat.

Voulez-vous que j’appelle ma fille ? Elle rédige comme Noël et Chapsal.


Poitrinas, soupirant.

Ah ! vous êtes un heureux père, vous ! Croyez-vous qu’elle consente à accepter mon fils ?


Caboussat.

Pourquoi pas ?


Poitrinas.

Excusez-moi… c’est un petit détail de ménage… mais je désirerais avoir une prompte réponse… parce qu’il y a, sur le cours, à Etampes, une maison charmante qui sera libre à la Toussaint…


Caboussat.

Eh bien ?


Poitrinas.

Je la louerais pour le jeune ménage.


Caboussat.

Comment ! ma fille habiterait Etampes ?


Poitrinas.

Sans doute : la femme suit son mari.


Caboussat, à part.

Ah ! mais non ! ça ne me va pas ! mon orthographe