Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PERRICHON

Un instant… Henriette, prends ton carnet et écris.


MADAME PERRICHON

Déjà !


PERRICHON, dictant.

Dépenses : fiacre, deux francs… chemin de fer, cent soixante-douze francs cinq centimes… facteur, un franc.


HENRIETTE

C’est fait !


PERRICHON

Attends ! Impression !


MADAME PERRICHON, à part.

Il est insupportable !


PERRICHON, dictant.

Adieu, France… reine des nations ! (S’interrompant.) Eh bien, et mon panama ?… je l’aurai laissé aux bagages !

Il veut courir.

MADAME PERRICHON

Mais non ! le voici !


PERRICHON

Ah ! oui ! (Dictant.) Adieu, France ! reine des nations !

On entend la cloche et l’on voit accourir plusieurs voyageurs.

MADAME PERRICHON

Le signal ! tu vas nous faire manquer le convoi !


PERRICHON

Entrons, nous finirons cela plus tard !

L’employé l’arrête à la barrière pour voir les billets. Perrichon querelle sa femme et sa fille, finit par trouver les billets dans sa poche. Ils entrent dans la salle d’attente.