Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/521

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Lucile.

Mon cousin…


Horace.

Allons, monsieur Désambois, le bras à ma tante.


Désambois.

Mais…


Horace.

Oh ! ne craignez rien… je passe le premier.

Il va au fond offrir son bras à Lucile.


Désambois, à part.

Cet homme n’a pas de sang dans les veines !

Il donne le bras à madame de Guy.

RIDEAU