Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Emma.

Mon ami, j’ai une bonne nouvelle à t’apprendre… Nous allons avoir un nouveau voisin…


Célimare.

Tiens !… Qui ça ?


Emma.

Tu ne devines pas ?… M. et madame Bocardon !


Célimare.

Comment !… Où ça ?


Emma.

Ici !… ils vont louer la maison à côté de la nôtre.


Célimare, à part.

C’est de la glu !


Emma.

Nous leur devons une visite… il faut la leur faire…


Célimare.

Ca ne presse pas…


Emma.

Aujourd’hui… j’ai promis…


Célimare.

Aujourd’hui !…


Emma.

Nous prendrons une voiture… c’est l’affaire d’une heure… Va t’habiller.


Célimare.

Ma chère amie, je suis désolé d’avoir quelque chose à te refuser… mais j’ai des raisons… des raisons personnelles pour ajourner cette visite…