Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Colombot, d’un ton doux.

Autorisez-vous ma fille à emporter les bijoux de la corbeille ?


Célimare.

Eh ! qu’elle emporte tout… mais qu’elle reste !


Colombot.

Comment voulez-vous qu’elle emporte… si elle reste ?


Célimare.

Mais je ne veux pas qu’elle parte !


Colombot.

Voici son ultimatum : "Si dans dix minutes vous n’avez pas congédié vos deux…"


Célimare.

Allez ! dites le mot !


Colombot, fièrement.

Non, monsieur, je ne le dirai pas ! vos deux commensaux, c’est nous qui partirons !…


Célimare.

Mais comment ? que leur dire ?


Colombot.

Dites-leur la chose…


Célimare.

C’est ça… après dîner… au dessert ! Vous êtes fou, beau-père !


Colombot.

Est-ce que ces gens-là m’intéressent ! Voulez-vous que je m’en charge ?


Célimare, vivement.

Non !