Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Cyprien, sans se déranger.

Là… à droite… sous ma pipe.


Bécamel, prenant la lettre dans la poche de Cyprien.

Merci ! (L’ouvrant.) Juste !


Cyprien, à part, se levant et remontant.

Non, je donne ma démission ! (Haut.) Monsieur ?


Bécamel, tout en parcourant sa lettre.

Hein ?


Cyprien, avec humeur.

Je m’en vas !


Bécamel.

Va, mon garçon.


Cyprien, à part.

C’est insupportable d’entendre jacasser… (Il sort par le fond en lisant.) "La France depuis 89…"


Scène II

Jurançon, Bécamel



Jurançon, regardant sortir Cyprien.

Il a l’air grognon, ton domestique.


Bécamel.

Oui, je le gâte… c’est presque un ami… je suis son parrain… (Achevant sa lettre.) Bravo… Jurançon, c’est arrangé !


Jurançon.

Quoi ?