Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Cécile.

Ah ! mon Dieu !


Bécamel, se donnant un air grave.

Cécile… as-tu songé quelquefois que tu pourrais un jour te marier ?


Cécile.

Oh ! oui, papa… très souvent.


Bécamel.

Eh bien, mon enfant, cette heure a sonné !


Cécile.

Vraiment ! Est-il bien ?


Bécamel.

Qui ça ?


Cécile.

Le jeune homme ?


Bécamel.

Fort convenable… c’est un homme froid…


Cécile, faisant la moue.

Ah !


Bécamel.

Posé, rassis, entendant parfaitement les affaires, et possédant cent huit actions des Zincs de la Vieille-Montagne…


Cécile.

Mais je ne vous demande pas ça ! Est-il brun, blond ? a-t-il des moustaches ?


Bécamel, se levant.

Des moustaches ! un avocat ?