Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/318

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Dardenbœuf.

Comme au mât de cocagne !… mais c’est plus difficile…


Chiquette, revenant à lui.

Ensuite on est embrassée par M. le maire…


Dardenbœuf, avec indifférence.

Oh ! çà !… j’aimerais mieux la timbale… Est-il un peu joli, ton maire ?…


Chiquette.

Ah ! je vous en réponds !… il vous ressemble !


Dardenbœuf, à part.

Fichtre !… mais c’est une déclaration ! (Haut.) Ah çà ! tu me trouves donc passable ?


Chiquette, baissant les yeux.

Je ne m’y connais pas… mais, dès que je vous ai vu… ça m’a donné un coup de poing dans l’estomac !


Dardenbœuf, à part.

Nom d’un petit Ruggieri !… Si j’étais sûr de ne pas être vu ?

Il remonte et regarde vers la salle à manger.


Chiquette, à part.

Eh bien, il s’en va !


Dardenbœuf, revenant à Chiquette.

Ah ! ça t’a donné un coup de poing dans l’estomac ! (Au moment où il va l’embrasser, il aperçoit la tête de Vancouver qui paraît à la porte de la terrasse et disparaît aussitôt.

À part.) - Oh !… Vancouver !… un piège ! (Prenant gravement la main de Chiquette et descendant la scène avec elle.) Ma fille, écoutez-moi !…

Vancouver et Galathée sortent de la terrasse et écoutent au fond.


Chiquette, à part.

Il va m’embrasser !