Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/357

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Carbonnel, prenant le bouquet.

Et le bouquet aussi ! au feu !


Carbonnel, vivement, lui enlevant le bouquet.

Ah ! non, ces pauvres fleurs ne sont pas coupables. (À part.) Je n’ai pas envie de perdre mon bouquet !


Carbonnel.

Je t’en aurais donné d’autres… (À part.) Après ça, mes moyens ne me le permettent pas ! (Haut.) Isidore !


Isidore.

Monsieur ?


Carbonnel.

Tu vas porter cette lettre chez Véfour… tout de suite…


Isidore, hésitant.

Mais… c’est que…


Carbonnel.

Quoi ?


Isidore.

Je n’ai pas d’ordres de Madame.


Carbonnel.

Hein !


Elisa.

Faites ce que Monsieur vous commande.


Carbonnel, à part.

Suis-je assez petit garçon !


Isidore, à Carbonnel.

Véfour ! Où est-ce ça ?


Carbonnel.

Au Palais-Royal… imbécile… Je t’en ai déjà fait porter une.