Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/377

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Carbonnel.

Quatorze mille francs !


Bernard.

Hein ? Deux chambres à coucher, un salon et un bout de salle à manger ?…


Carbonnel.

Quatorze mille francs !… et les portes et fenêtres !


Bernard, éclatant de rire.

Ah ! très joli !… Nous causerons de cela plus tard… Lorsque vous êtes entré, j’avais presque décidé Madame à se laisser enlever…


Carbonnel.

Plaît-il ?


Bernard.

Pour la conduire mardi au bal du ministre de la Guerre.


Elisa.

Oui, mon ami, sauf votre assentiment…


Carbonnel.

Permettez ! permettez !


Bernard.

Ah ! mais, si ça vous ennuie… vous n’en serez pas ! on vous donne congé !


Carbonnel, à part.

On me donne congé !… je le trouve superbe ! (Bas.) Comment, madame, vous ne rougissez pas ?… (Apercevant les deux bracelets au bras d’Elisa.) Hein ? des bracelets ?… il lui donne des bracelets !


Elisa, à part.

Il est jaloux !… il va me rendre les clefs ! (Haut au colonel.)