Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/443

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Fourchevif.

Nous t’avons parlé ce matin de M. Jules…


Adèle.

Oh ! c’est un excellent jeune homme !


Fourchevif.

Oui… sans doute… C’est que ta mère a pensé…


La Baronne.

Non… ton père.


Fourchevif.

Enfin, nous avons pensé tous les deux… que M. Jules… n’est peut-être pas le mari qui te convient…


Adèle, vivement.

Ah ! par exemple ! Qu’avez-vous à lui reprocher ?


Fourchevif.

Rien… mais ta mère… aurait un autre parti à te proposer.


Adèle.

Comment ?


La Baronne.

C’est-à-dire… ton père. (À part.) Il me met toujours en avant.


Fourchevif.

Enfin, nous avons tous les deux un autre parti à te proposer… un jeune homme d’une grande naissance… et qui peint bien mieux que M. Jules.


Adèle.

Oh ! c’est impossible !


Fourchevif.

Tu l’as vu… c’est ce jeune homme qui était là tout à l’heure… et qui trouve que tu empâtes trop.