Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/487

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



pontcharrat.

Je retire la parole aux femmes. C’est indécent ! (Aux hommes.) Voyons, citoyens… il y a des questions importantes à l’ordre du jour… Qui est-ce qui demande la parole ?


le monsieur, à part.

Il me fait de la peine ! (Se levant.) Allons, je la demande.


pontcharrat, avec colère.

Pour la troisième fois, monsieur, vous n’avez pas le droit d’interrompre…


le monsieur.

Moi ! j’interromps ?… personne ne parle !… (À part.) Décidément le bureau m’est hostile. (Haut.) Citoyens, je ne suis point un orateur… mon père, ancien carbonari…


crétinot.

Ro !


le monsieur.

Plaît-il ?


crétinot.

Ro !


le monsieur.

Ro ! (Avec indignation.) Oh ! oh ! mais, président, cet homme manque à l’assemblée !


crétinot.

On ne dit pas un carbonari, on dit un carbonaro.


le monsieur.

Ah !… c’est possible, je ne suis point un orateur. (Au public.) Je vous disais donc que mon père, membre de la société des carbonaro.


crétinot.

Ri !