Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Pitois, bas.

Elle a demandé si Monsieur avait laissé un paquet pour elle…


Célimare, à part.

Ses lettres !


Pitois.

Je lui ai dit que non… elle est furieuse… elle veut vous parler… elle est là… Faut-il la faire entrer ?


Célimare, vivement.

Non.


Pitois, indiquant la porte qui s’entr’ouvre.

La voilà !


Célimare.

Ciel !

Il se précipite vers la porte, la ferme vivement et met la clef dans sa poche


Bocardon et Vernouillet.

Qu’y a-t-il ?


Célimare.

Rien !

On entend frapper violemment à la porte.


Vernouillet.

On frappe !


Célimare, maintenant la porte.

Ce sont les tapissiers… c’est insupportable… Allons ! partons ! partons !


Bocardon, allant vers la porte.

Attends : je vais les faire taire. (Criant à travers la porte.) Attendez donc qu’on soit parti, vous, là-bas !

Le bruit cesse.