Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Emma, baissant les yeux.

Non, monsieur…


Célimare.

Est-ce que vous êtes souffrante ?


Emma.

Non, monsieur…


Célimare, à part.

Elle est intimidée, pauvre petite caille.

Il l’embrasse vivement.


Emma.

Eh bien, monsieur, voulez-vous finir !


Célimare.

Puisque nous sommes seuls.


Emma.

Ca ne fait rien, monsieur…


Célimare.

"Monsieur…" oh ! quel vilain mot !… c’est froid, c’est cérémonieux… j’ai l’air d’un invité…


Emma.

Mais comment voulez-vous que je vous appelle ?…


Célimare.

Paul… appelez-moi Paul… je vous appelle bien Emma, moi !


Emma.

Oh ! je n’oserai jamais !


Célimare.

Votre papa ne se gêne pas pour dire à votre maman :