Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Emma, bas à Célimare.

Mais vous ne le pouvez pas non plus, monsieur.

Célimare, bas - Pourquoi ?


Emma, bas et ironiquement.

C’est encore trop récent.


Célimare, bas.

Permets, chère amie…


Emma, à Vernouillet.

Voilà M. Célimare qui insiste pour vous tenir compagnie…


Célimare.

Moi ?


Vernouillet.

Ah ! qu’il est bon ! Mais je ne souffrirai pas…


Emma, résolument.

Mon mari connaît ses devoirs… il restera !


Célimare, bas.

Mais…


Emma, bas, avec énergie.

Il ne vous manquerait plus que d’avoir le courage de l’ingratitude… Je vous défends de m’accompagner.

Elle remonte, ainsi que M et Mme Colombot.


Célimare, à part, sur l’avant-scène.

Bon ! nous voilà brouillés !


Vernouillet, à Célimare.

Si vous le voulez, nous ferons une petite partie comme autrefois…