Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 04.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


du gros mur ! Voyons… en voulez-vous cent mille francs ?


Fourcinier.

C’est dans cette petite maison blanche… à volets verts… que j’ai épousé ma femme…


De La Porcheraie, à part.

Ah ! ah ! du sentiment ! ça sera cher !


Fourcinier.

C’est là… que plus tard… j’ai eu le malheur de la perdre…


De La Porcheraie.

Vous voyez bien… cette propriété vous attriste… revoir sans cesse l’endroit où l’on a été frappé !… Cent quinze !


Fourcinier.

Non ! j’aime ma douleur ! j’éprouve un plaisir cruel… mais doux, à venir m’asseoir sous l’arbre où nous avons passé de si longues soirées.


De La Porcheraie, à part.

Il est très fort ! (Haut.) Cent trente !


Fourcinier.

Ce n’est pas assez…


De La Porcheraie.

Comment ?


Fourcinier.

Ce n’est pas assez d’avoir aimé sa femme, il faut encore savoir conserver le petit coin de terre qu’elle emplit de son souvenir.


De La Porcheraie.

Alors, gardez-le… je ne vous en parlerai plus.