Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 04.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Thérèse.

Oui, mon oncle !


Dutrécy.

Tu n’as pas chaud ?


Thérèse.

Non, mon oncle.


Dutrécy.

Tu n’as pas froid ?


Thérèse.

Non, mon oncle…


Dutrécy.

Tu aurais dû garder ta fourrure… Veux-tu que j’aille la chercher ?


Thérèse.

C’est inutile.


Dutrécy, bas à de La Porcheraie.

Est-elle jolie, avec sa robe de bal ?


De La Porcheraie, à part, étonné.

Qu’est-ce qu’il a ?… (Bas à Dutrécy.) J’ai presque conclu avec Fourcinier… il faut que je vous parle.


Dutrécy, regardant Thérèse.

Oui… demain…


De La Porcheraie.

Non… tout de suite !


Dutrécy.

Docteur ! voulez-vous avoir l’obligeance de conduire Thérèse auprès de madame de Verrières ?


Fourcinier.

Comment donc ! (Offrant son bras.) Mademoiselle…