Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Martin.

Bien entendu.


Agénor.

J’accepte !


Martin, à part.

Si tous les maris trompés agissaient avec cette rigueur, on verrait moins de scandales dans les familles.


Agénor.

Mais, à cette condition… vous me pardonnez, monsieur ?


Martin.

Peut-être, monsieur. (Emu.) Mais nous ne devons plus nous revoir…

Il se dirige vers sa chambre, à droite, premier plan.


Agénor.

Oh !… jamais ?


Martin.

Jamais !… les préjugés du monde nous séparent ! Adieu, monsieur, nous nous sommes vus pour la dernière fois.


Agénor, suppliant.

Ferdinand !


Martin.

Pour la dernière fois !