Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


des ordres ici ! (À part.) Il me vient une idée de vengeance raffinée… (Haut.) Votre vie est entre nos mains, don Hernandez : vous soumettez-vous d’avance à ce que je décide de vous ?


Hernandez.

Parbleu ! je n’ai pas d’arme, et vous êtes deux.


Martin.

Voici mon arrêt… et pas de prières, pas de supplications… Je suis inflexible !


Agénor, à part.

Il va lui faire fonder un second prix.


Martin, à Hernandez.

Vous allez emmener celle qui fut madame Martin dans vos pampas du nouveau monde, de manière que l’ancien ne soit plus troublé par cette Hélène moderne.


Agénor.

Ah ! voilà une bonne idée !


Hernandez.

J’accepte. (À part.) Est-il bête !


Martin, à part.

Je crois que, si tous les maris agissaient avec la même rigueur, on verrait moins de scandales dans les familles !


Hernandez.

Et quand veux-tu que nous partions ?


Martin.

Je vous prie de ne plus me tutoyer… un mur de glace nous sépare… Vous partirez sur-le-champ.


Hernandez.

On y va ! (À Agénor.) Quand à vous, monsieur, dans