Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Galinois.

Il est parti ?


Verdinet.

Et il a bien fait… car si je le rencontrais !…


Galinois.

Je vous comprends…


Verdinet.

Mais ces détails m’attristent… et, si vous voulez me faire plaisir, Gallinois, nous ne parlerons plus de ça !…. plus jamais ! (Changeant de ton.) Etes-vous pour longtemps à Bagnères ?


Galinois.

J’allais partir… ils ont une manière de baigner si désagréable… Mais vous voilà… je reste !


Verdinet, vivement.

Ne vous gênez pas pour moi… je vous en prie…


Galinois.

Du tout ! du tout ! je sais ce qu’on doit à l’amitié… je ne vous quitte plus !


Verdinet.

Excellent ami ! (À part.) Que le diable l’emporte ! (Haut, avec hésitation.) Et Madame ? Madame est-elle avec vous ?


Galinois.

Non… cette année, je voyage seul.


Verdinet, à part.

Je respire… c’est bien assez du mari !