Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Henriette.

C’est vrai… j’ai tout mangé… même les…


Verdinet.

Douteuses !


Monnerville, à part.

Quelle ravissante petite femme ! (Il s’approche de Verdinet, bas.) Dites donc, j’ai changé d’avis… je ne vous marcherai pas sur le pied.


Verdinet, avec joie.

Hein ! vous renoncez au gant ?


Monnerville.

J’y renonce.


Verdinet.

Ah ! cher ami !… Je disais aussi…


Monnerville.

Savez-vous que vous avez une femme charmante ?


Verdinet.

N’est-ce pas ? Et en toilette !… Vous la verrez ce soir…


Monnerville.

Je l’espère bien !… ce soir… demain… tous les jours…


Verdinet, inquiet.

Comment, tous les jours !


Monnerville.

Dame !… vous m’avez fait passer pour son séducteur…


Verdinet.

Chut !…