Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Galinois.

Je vais le faire enregistrer. Adieu ! (Revenant sur ses pas avec émotion.) Du courage ! du courage !…

Il sort par le fond, après l’avoir encore embrassée.


Scène XV

Henriette ; puis Monnerville ; puis Verdinet et Madame Désaubrais ; puis Galinois



Henriette.

Mais qu’a-t-il donc ? Depuis ce matin, on dirait qu’il devient fou… Au reste, tout est bouleversé aujourd’hui : notre promenade à cheval, dont je me faisais une fête, mon mari a persuadé à ma tante qu’il n’était pas convenable de la faire avec un jeune homme que nous voyions pour la première fois… Quel ennui !…


Monnerville, entrant par le fond.

Madame, tout est disposé, les chevaux nous attendent.


Henriette.

Mon Dieu, monsieur, je suis désolée, mais il me faut renoncer à cette partie.


Monnerville.

Comment ?


Henriette.

Une migraine subite… Oh ! je souffre horriblement.


Monnerville.

Ah ! (À part.) Il y a du mari dans cette migraine-là. (Haut.) Pauvre dame, je vous plains bien sincèrement… c’est un si vilain mal…