Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Martin.

Ah ! c’est qu’au commencement de juillet, il n’y a pas encore de raisin.


Agénor.

Alors, une pêche au sucre.


Martin.

Ah ! c’est qu’au commencement de juillet, il n’y a pas de pêches non plus.


Hernandez, à part.

Il n’a pas de chance, le condamné !


Martin.

Mais veux-tu du poulet… avec du tabac et un verre d’eau-de-vie… C’est ton droit !


Agénor.

De l’eau-de-vie ! Tu veux donc me tuer ?


Martin, vivement.

Non ! pas encore ! c’est trop tôt !


Agénor, poussant un cri.

Ah !


Martin.

Quoi ?


Agénor.

Allons, bien ! voilà l’intestin qui se prend !


Hernandez, à part, avec mépris.

Ah ! galette !


Agénor.

Non, ça se calme. Je me suis levé pour écrire à mon oncle.