Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/359

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


C’est seulement en 1621 que fut établie, avec des privilèges souverains, la compagnie des Indes-Occidentales qui devait entreprendre la colonisation[1] ; c’est depuis 1623 que le territoire compris entre la Delaware et le cap Cod fut connu sous le nom de nouveaux Pays-Bas, ou, comme le traduisaient nos pères, de Nouvelle-Belgique. Le gouvernement fut composé d’un directeur général et d’un conseil auxquels appartenaient tous les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Il n’y eut pas, comme dans les plantations anglaises, une représentation coloniale.

Les premières années se passèrent à traiter avec les Indiens et à leur acheter quelques pelleteries. Fort Orange, aujourd’hui Albany, était le point avancé où se faisait le trafic avec les indigènes. C’est seulement en 1629 qu’on trouve une charte qui confère des privilèges aux patrons qui coloniseront le nouveau pays.

Cette charte a de l’intérêt, car il reste encore aujourd’hui des traces du système qu’elle institua. Dans ces dernières années il en est résulté des troubles dans l’État de New-York, et presque un soulèvement populaire dont il faut connaître le caractère pour ne pas se faire de fausses idées sur un sujet qui est à l’ordre du jour et nous touche de près : la constitution de

  1. Sur cette compagnie, voyez l’ouvrage d’Asher cilé plus loin (pages 28 et suiv., 43 et suiv.).