Page:Lacenaire, éd. Cochinat, 1857.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



À MES CAMARADES

DE LA

DISTRACTION.



La distraction est le nom d’une maison de campagne, située aux environs de Saint-Pierre-Martinique, dans un paysage plein de soleil et d’une végétation luxuriante. Là se réunissent chaque jour un grand nombre de ceux qui ont été, en d’autres temps, les compagnons de lutte et de plaisirs de l’auteur de ces pages ; et comme les habitués de ce cercle champêtre, ou plutôt de cette flâne, ― pour me servir de l’expression même du pays, ― sont grands amateurs de contes et d’histoires, ainsi que tous les méridionaux, l’ami qui combat loin d’eux, dans la bataille de la vie, leur envoie ces récits fugitifs qui serviront à alimenter le bivouac des Trois-Ponts à l’heure où les flâneurs se couchent dans les ravines, aux revers des grands mornes, ou sous les parasols que forment les bananiers, aux feuilles de satin vert.

Victor COCHINAT.