Page:Lacerte - A la poursuite d'un chapeau, 1932.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
31
À la Poursuite d’un Chapeau

fait promettre d’y assister… M. l’Abbé, demanda George, pourrais-je aller à votre presbytère, causer quelques instants avec vous ? Ce soir peut-être, si ça ne vous dérange pas ?

— Pas ce soir ; tout de suite, mon enfant ! répondit le prêtre.

Le prêtre comprenait bien que George était sous l’impression que lui avait causée la mort du jeune homme ; or, les impressions, chez les jeunes (surtout les bonnes) sont généralement de courte durée, et ce soir, George aurait peut-être oublié la suprême leçon qu’il venait de recevoir.

— Je vous suis, M. l’Abbé, dit George humblement.

— Venez alors, mon enfant ! dit le prêtre. Et le bon Abbé conduisit George Forester droit à son presbytère.

* * *

C’était le matin de la première communion de Viola, et sept heures venaient de