Page:Laffitte - Le grand malaise des sociétés modernes et son unique remède.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


6.

Les parias de la propriété


S’il existe pour l’homme une véritable propriété, c’est sa pensée. Celle-là, du moins, paraît hors d’atteinte elle est personnelle et indépendante, elle est antérieure à toutes les transactions. L’arbre qui naît dans un champ n’appartient pas aussi incontestablement au maître de ce champ que l’idée qui vient dans l’esprit d’un homme n’appartient à son auteur. L’invention est la propriété positive toutes les autres ne sont que des conventions.
Chevalier de Boufflers.