Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
167
MÉDITATIONS POÉTIQUES
SEIZIÈME

MÉDITATION



LA CHARITÉ




HYMNE ORIENTAL


1846


Dieu dit un jour à son soleil :
« Toi par qui mon nom luit, toi que ma droite envoie
» Porter à l’univers ma splendeur et ma joie,
» Pour que l’immensité me loue à son réveil ;
» De ces dons merveilleux que répand ta lumière,
» De ces pas de géant que tu fais dans les cieux,
» De ces rayons vivants que boit chaque paupière,
» Lequel te rend, dis-moi, dans toute ta carrière,
» Plus semblable à moi-même et plus grand à tes yeux ? »