Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/207

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
205
MÉDITATIONS POÉTIQUES.
VINGT-DEUXIÈME

MÉDITATION



LE GÉNIE




À M. DE BONALD


In pavidum ferient ruinæ.
Horat., od. V, lib. III.


Ainsi, quand parmi les tempêtes,
Au sommet brûlant du Sina,
Jadis le plus grand des prophètes
Gravait les tables de Juda ;
Pendant cet entretien sublime,
Un nuage couvrait la cime
Du mont inaccessible aux yeux ;
Et, tremblant aux coups du tonnerre,
Juda, couché dans la poussière,
Vit ses lois descendre des cieux.