Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/215

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
213
MÉDITATIONS POÉTIQUES.
VINGT-TROISIÈME

MÉDITATION



PHILOSOPHIE




AU MARQUIS DE LA MAISONFORT


Oh ! qui m’emportera vers les tièdes rivages
Où l’Arno, couronné de ses pâles ombrages,
Aux murs de Médicis en sa course arrêté,
Réfléchit le palais par un sage habité,
Et semble, au bruit flatteur de son onde plus lente,
Murmurer les grands noms de Pétrarque et du Dante ?