Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/236

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
234
MÉDITATIONS POÉTIQUES.

Saisissant mes taureaux par leur corne glissante,
Je courbe sous le joug leur tête mugissante ;
Par des nœuds douze fois sur leurs fronts redoublés,
J’attache au bois poli leurs membres accouplés ;
L’anneau brillant d’acier au timon les enchaîne ;
J’entrelace à leur joug de longs festons de chêne,
Dont la feuille mobile et les flottants rameaux
De l’ardeur du midi protégent leurs naseaux.

· · · · · · · · · · · · · · ·