Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/254

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
252
MÉDITATIONS POÉTIQUES.

Le soir, tranquillement assis,
Laisse au loin égarer sa vue,
Et contemple encor l’étendue
Des mers qu’il sillonna jadis.