Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/257

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


TRENTE-DEUXIÈME

MÉDITATION



LA SEMAINE SAINTE


À LA ROCHE-GUYON




Ici viennent mourir les derniers bruits du monde ;
Nautoniers sans étoile, abordez ! c’est le port :
Ici l’âme se plonge en une paix profonde,

Et cette paix n’est pas la mort.

Ici jamais le ciel n’est orageux ni sombre ;
Un jour égal et pur y repose les yeux :
C’est ce vivant soleil, dont le soleil est l’ombre,

Qui le répand du haut des cieux.