Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/259

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
257
POÉTIQUES.


Favoris du Seigneur, souffrez qu’à votre exemple,
Ainsi qu’un mendiant aux portes d’un palais,
J’adore aussi de loin, sur le seuil de son temple,

Le Dieu qui vous donne la paix.

Ah ! laissez-moi mêler mon hymne à vos louanges !
Que mon encens souillé monte avec votre encens.
Jadis les fils de l’homme aux saints concerts des anges

Ne mêlaient-ils pas leurs accents ?

Du nombre des vivants chaque aurore m’efface ;
Je suis rempli de jours, de douleurs, de remords.
Sous le portique obscur venez marquer ma place,

Ici, près du séjour des morts !

Souffrez qu’un étranger veille auprès de leur cendre.
Brûlant sur un cercueil comme ces saints flambeaux,
La mort m’a tout ravi, la mort doit tout me rendre ;

J’attends le réveil des tombeaux !

Ah ! puissé-je près d’eux, au gré de mon envie,
À l’ombre de l’autel, et non loin de ce port,
Seul, achever ainsi les restes de ma vie

Entre l’espérance et la mort !