Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
271
POÉTIQUES.

Mais peut-être, avant l’heure où dans les cieux déserts
Le soleil cessera d’éclairer l’univers,
De ce soleil moral la lumière éclipsée
Cessera par degrés d’éclairer la pensée,
Et le jour qui verra ce grand flambeau détruit
Plongera l’univers dans l’éternelle nuit !
Alors tu briseras ton inutile ouvrage.
Ses débris foudroyés rediront d’âge en âge :
« Seul je suis ! hors de moi rien ne peut subsister !
» L’homme cessa de croire, il cessa d’exister ! »