Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/315

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


PREMIÈRE

MÉDITATION



LE PASSÉ




À M. A. DE V***.



Arrêtons-nous sur la colline
À l’heure où, partageant les jours,
L’astre du matin qui décline
Semble précipiter son cours.
En avançant dans sa carrière,
Plus faible il rejette en arrière
L’ombre terrestre qui le suit ;
Et de l’horizon qu’il colore
Une moitié le voit encore,
L’autre se plonge dans la nuit.