Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/348

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


COMMENTAIRE


DE LA QUATRIÈME MÉDITATION




Le mot sagesse est ici pris en dérision. La sagesse est de faire effort et de souffrir, pour perfectionner en soi le type imparfait de l’homme que la nature a mis en nous. Nous naissons ébauché, nous devons mourir statue. Le travail est la loi humaine ; la volupté n’est que l’égoïsme des sens.

Je savais bien tout cela quand j’écrivis cette ode en 1826, à Florence ; mais l’âme s’énerve dans le bonheur, comme le corps s’énerve dans les climats trop tempérés de l’Orient. J’étais heureux. Je fis comme Salomon, je m’enivrai de mon bonheur, et je dis : Il n’y a pas d’autre sagesse.

Je n’ai pas besoin de dire au lecteur que c’est là un paradoxe en vers, dont Horace ou Anacréon aurait pu faire des strophes bien plus assoupissantes que les miennes, mais dont Platon aurait rougi. Il y a plus de philosophie dans une larme ou dans une goutte de sang versée sur le Calvaire, que dans tous les proverbes de Salomon.