Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/374

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
372
MÉDITATIONS POÉTIQUES.

leva de table, et marcha longtemps dans la salle, les yeux levés au ciel, et les lèvres balbutiant des mots que nous n’entendions pas.

Non, un tel homme n’était pas un traître ! Il avait été placé dans une circonstance terrible entre sa patrie et son ami, bourrelé, surpris, indécis, entraîné. Mais il y avait eu étourdissement dans sa pensée ; il a subi une fatalité, il a perdu une heure plus tôt, il n’a pas vendu son bienfaiteur. L’attachement dans le cœur ne survit pas à la trahison. L’histoire peut chercher les clauses du pacte infâme et imaginaire dans lequel il aurait vendu son compagnon de jeunesse. Quant à moi, j’ai vu les larmes de l’ami. Je ne crois pas au traître.