Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/489

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
487
POÉTIQUES.

L’orage à demi passé, et converti en pluie fine semblable à une vapeur d’écume que le vent sème autour d’une chute d’eau, un immense arc-en-ciel se dessina comme une arche céleste au-dessus de la roche concave où madame de B***, collée à la muraille de granit gris, déroulait ses cheveux au vent pour les sécher. Je n’ai jamais si bien compris l’auréole que la piété fait rayonner autour de la figure des vierges, des anges ou des saintes. Dieu lui-même avait dessiné et coloré celle-là.

Cette image m’inspira ces strophes et d’autres vers sur le même sujet, que j’écrivis sur mon genou.