Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 2.djvu/346

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XII


L’ABBAYE DE VALLOMBREUSE


DANS LES APENNINS




Esprit de l’homme, un jour sur ces cimes glacées
Loin d’un monde odieux quel souffle t’emporta ?
Tu fus jusqu’au sommet chassé par tes pensées :
Quel charme ou quelle horreur à la fin t’arrêta ?

Ce furent ces forêts, ces ténèbres, cette onde,
Et ces arbres sans date, et ces rocs immortels,
Et cet instinct sacré qui cherche un nouveau monde
Loin des sentiers battus que foulent les mortels.