Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 2.djvu/400

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


V


LA PRIÈRE DE FEMME




 
Quand on se rencontre et qu’on s’aime,
Que peut-on échanger de mieux
Que la prière, don suprême,
Or pur qu’on reçoit même aux cieux ?

Vous me l’offrez, je le réclame :
Pensez à moi dans le saint lieu ;
Que cette obole de votre âme
M’enrichisse au trésor de Dieu.