Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 2.djvu/418

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VII


IMPRESSIONS DU MATIN ET DU SOIR




HYMNE



L’orient jaillit comme un fleuve ;
La lumière coule à long flot,

La terre lui sourit et le ciel s’en abreuve,
Et de ces cieux vieillis l’aube sort aussi neuve
Que l’aurore du jour qui sortit du Très-Haut.

Soleil, voile de feu dont ton maître se couvre,
Quand tu reviens frapper les voûtes de la nuit,
Le firmament résonne et l’espace s’entr’ouvre,
Et Jéhovah se montre à l’ombre qui te fuit.