Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 2.djvu/434

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


IX


JÉHOVAH


OU


L’IDÉE DE DIEU




Sinaï ! Sinaï ! quelle nuit pour ta cime !
Quels éclairs, sur tes flancs, éblouissent les yeux !

Les noires vapeurs de l’abîme

Roulent en plis sanglants leurs vagues dans tes cieux.


La nue enflammée
Où ton front se perd,
Vomit la fumée
Comme un chaume vert ;