Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/119

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XIII


LA RETRAITE




RÉPONSE À M. VICTOR HUGO[1]




 
Je sommeillais sans rêve,
Comme Écho dans mes bois :
Mais qu’une voix s’élève,
Soudain la mienne achève ;
Un son me rend la voix.

  1. Voir, à la table de ce volume, les vers de M. Victor Hugo.