Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/159

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


III


INVOCATION POUR LES GRECS





1826


N’es-tu plus le Dieu des armées ?
N’es-tu plus le Dieu des combats ?

Ils périssent, Seigneur, si tu ne réponds pas !
L’ombre du cimeterre est déjà sur leurs pas.
Aux livides lueurs des cités enflammées,

Vois-tu ces bandes désarmées,

Ces enfants, ces vieillards, ces vierges alarmées ?
Ils flottent, au hasard, de l’outrage au trépas ;
Ils regardent la mer, ils te tendent les bras :

N’es-tu plus le Dieu des armées ?
N’es-tu plus le Dieu des combats ?