Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/173

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


V


POUR UNE QUÊTE




L’or qu’au plaisir le riche apporte
Ne fait que glisser dans sa main ;
Le pauvre qui veille à la porte
Attend les miettes de ce pain.

Aux sons de nos harpes de fêtes,
Anges, unissez vos accents ;
Car tous nos luxes sont des quêtes
Où l’art sollicite les sens.