Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/181

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VII


SOUVENIR





À LA PRINCESSE D’ORANGE


Il creusait dans la mer son sillage d’écume,
Le navire grondant qui respire le feu ;
Nous suivions cette côte où le Vésuve fume :
Les cyprès étaient noirs, l’eau verte, le ciel bleu.

Une vague enjouée, en poursuivant la poupe,
Des perles de la mer aspergeait le bateau,
Comme le buis bénit qu’on trempe dans la coupe
Sur le front des passants jette le sel et l’eau.