Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/227

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XIV


LE PREMIER REGRET




ÉLÉGIE





Sur la plage sonore où la mer de Sorrente
Déroule ses flots bleus, au pied de l’oranger
Il est près du sentier, sous la haie odorante,
Une pierre petite, étroite, indifférente

Aux pas distraits de l’étranger.

La giroflée y cache un seul nom sous ses gerbes,
Un nom que nul écho n’a jamais répété !